Guide de postulation pour l’étudiant en Droit

Guide de postulation pour l’étudiant en Droit

Au cours des deux années d’existence de l’association LCS, des questions d’étudiants de toutes années confondues sont revenues fréquemment à propos de cet « après », élégamment nommé « la suite ». 

Le cursus académique est souvent perçu par les étudiants comme étant le moment privilégié pour concevoir ses projets de carrière. La question du stage d’été ou du job étudiant dans le domaine juridique devient de plus en plus cruciale pour bon nombre d’entre nous avant d’accéder au dernier pas de notre apprentissage, le stage d’avocat. Perçue comme une transition non-négligeable par la majorité, l’idée nous est venue de compiler des connaissances et expériences autour du dossier de candidature. Y figurent ainsi tant celles d’étudiants que de professionnels du droit tels que professeurs ou avocats. 

Sans autre prétention que celle de mettre à plat quelques fondamentaux et de déjouer le piège du « ouï-dire », LCS a le plaisir de vous présenter ses pistes de réflexion pour aborder ce questionnement professionnel avec comme mots d’ordre : Stratégie, Équilibre, Cohérence et Santé.



PERSONNALITÉ 

La personnalité ne se détermine pas uniquement par un cursus universitaire, elle se cultive. Bien qu’elle soit surtout mise en avant lors du réseautage ou des entretiens, elle apparaît aussi dans le dossier de candidature, sur le CV et surtout dans la lettre de motivation.

Quelques pistes à explorer : 

  • Passer des certificats de langue (C1 si possible) : Demande un petit investissement personnel mais la plus-value n’est de loin pas négligeable. C’est un réel atout à considérer.
    • Elle reflète l’effort fourni par le candidat pour se démarquer. 
    • Elle évite au recruteur de devoir faire passer un entretien pour se rendre compte du niveau de langue du candidat.
    •  Si vous êtes déjà bilingue c’est une formalité qu’il serait dommage de laisser de côté !
  • Cultiver ses centres d’intérêts : Les gens passionnés donnent envie d’être écoutés. Les intérêts communs sont fédérateurs d’opportunités professionnelles. 
    • La curiosité intellectuelle est une marque d’ouverture d’esprit. 
    • L’université propose également de nombreux cours culture et sport, c’est l’occasion de tester de nouvelles choses ou de renouer avec d’anciennes.
  • Valoriser ses études : Les savoirs acquis à l’université sont utiles pour l’avenir et permettent de développer d’autres compétences. (cf. Compétences utiles)
    • Les études sont l’occasion de tester son raisonnement logique et sa capacité d’analyse juridique.
    • Les études regorgent d’occasion de s’améliorer :  
      • Profiter du cours de rhétorique de 2ème année pour gagner en assurance et développer sa prise de parole en public. 
      • Utiliser les séances de travail pour affuter son esprit de synthèse et sa prise de parole en public
      • Apprendre un maximum de choses pour développer son esprit critique et sa propre vision du droit. 
  • Aiguiser sa culture générale et sa rédaction : Quelques références fondamentales ne sont jamais de trop.
    • Le droit est un métier de mot, de langage et de communication. 
    • La concision intrinsèque au droit demande de savoir quel mot choisir à quel moment et pourquoi. 
    • S’exprimer correctement tant à l’écrit qu’à l’oral est une marque de sérieux et de professionnalisme.
    • Maîtriser divers registres de langages est nécessaire lorsque l’on s’adresse à un client ou à la partie adverse. 
  • Rester soi-même : L’intérêt n’est pas de trop en faire. Une personnalité qui sonne faux peux dévaster un entretien complet. 
    • Le recrutement est un processus profondément humain. 
    • Un malaise est très facilement perceptible pour un DRH
    • La notion de culture est large, ce n’est pas nécessaire de devenir une encyclopédie 
    • Être véritablement calé sur un sujet qui nous passionne vaut milles petits savoirs et citations repiquées. 
    • Avoir une « lacune » est un faux problème, on ne peut pas tout savoir mais on peut apprendre. 
    • Faire semblant n’a jamais été viable sur le long terme. 
    • Nous ne sommes pas que des notes et des dossiers de candidatures 
    • L’intégrité est une marque d’assurance.

RÉSEAUTAGE

Le réseau personnel est un atout majeur que l’on peut mettre à profit et développer facilement. Il ne s’agit pas seulement de se trouver un piston mais bien de se construire un réseau de ressources pour nos futures carrières. Le réseautage part avant tout d’un échange entre personnes. 

Quelques pistes pour le développer : 

  • Utiliser les ateliers du centre de carrière UNIGE : Des professionnels externes viennent mettre à profit leurs expériences et leurs conseils.
    • Les ateliers permettent de rencontrer des gens d’horizons différents dans le cadre connu de l’université.
    • Souvent les intervenants sont ouverts aux démarches de réseautage suite aux ateliers et donnent parfois des conseils. 
    • Certains ateliers sont carrément dédiés au réseau et permettent des rencontres profitables. 
    • C’est l’occasion d’expérimenter son assurance et apprendre à réseauter dans un espace confortable.
  • Association universitaire : S’engager auprès d’une association universitaire permet de se constituer un premier réseau d’étudiants et de professionnels dans le domaine que l’on étudie.
    • Grâce aux événements spécifiques en lien avec domaine étudié. 
    • Permet de rencontrer des professionnels dans un cadre formel-informel.
    • Réunit des étudiants ayant une même vision de la branche étudiée.

NOTES

Le premier tri se fait sur papier et le dossier passe par la présentation du bulletin de notes. Ce n’est pas une fatalité mais quelque chose dont il faut tenir compte. 

Quelques pistes : 

  • Connaître ses objectifs : Pas évident en début de cursus mais le fait d’avoir une ébauche de plan de carrière en entrant à l’université permet d’envisager les notes comme étant un moyen d’atteindre ses objectifs.
    • Les processus de recrutement pour les stages d’été demandent souvent de présenter des notes universitaires (voire des notes de maturité).
    • Certaines annoncent posent d’entrée de jeu une moyenne générale minimum.
    • Les notes de Bachelor nous suivent pendant nos premières années de carrière.
  • En cas de doute : Garder à l’esprit que des opportunités de job il y en aura plusieurs, en revanche, un procès-verbal de Bachelor il n’y en a qu’un seul. D’expérience personnelle, il est facile d’oublier qu’en dépit de l’aspect académique de nos cours, on apprend tout de même les fondements d’un métier.

ACTIVITÉS EXTRACURRICULAIRES 

Les activités extracurriculaires permettent en premier lieu de rencontrer des gens et de cultiver un réseau autour de ses centres d’intérêts. Elles permettent en plus de mettre en avant sa personnalité et ses passions personnelles. 

Quelques pistes : 

  • Associations étudiantes : Les associations étudiantes permettent de se constituer un premier cercle de connaissances dans le domaine du droit et de vous retrouver avec d’autres étudiants ayant une approche des études de droit similaire à la vôtre. Chaque association possède ses spécificités.  Nous vous listons ici les principales existant au sein de l’Université de Genève. 
    • Law Career Start : Leurs activités s’étendent à l’organisation de workshops avec des professionnels de Droit et à l’expansion de leur blog électronique, traitant d’articles relatifs à des thématiques juridiques.
    • ELSA : A notre connaissance, leurs activités comprennent : l’organisation de conférences sur des métiers du Droit, des visites d’Etudes, un voyage et des soirées, ainsi qu’un programme STEP.
    • AED : C’est l’association qui chapeaute la vie des étudiants de Droit. Ils ont un site web comprenant plusieurs résumés et anciens examens. Ils proposent des parrains aux nouveaux étudiants, organisent des soirées. Enfin, ils ont l’attention de développer un pôle professionnel. 
    • Junior Entreprise : C’est une association de la Faculté économique. Toutefois, ils proposent des postes de juristes, qui sont amenés à résoudre des questions juridiques dans certains mandats.
    • Permanence juridique des étudiants : Ils offrent des services gratuits dans divers domaines du Droit. Ils tiennent pour se faire des permanences. En général, cette association est plutôt composée d’étudiants de fin de Bachelor ou de Masters.
  • Projets humanitaires : Rejoins une association humanitaire et défends une cause humanitaire. 
  • Startups : Les startups appartiennent à un écosystème favorisant l’autonomie et le développement de ses compétences étant donné la hiérarchie horizontale. Tu pourrais mettre à disposition tes services de juriste, comme par exemple, dans la constitution de société, la rédaction de contrats, etc. Nous pouvons te conseiller Weshape qui a pour but de conseiller des jeunes entrepreneurs dans leurs processus de création. 

CURRICULUM VITAE (CV) – quelques remarques non exhaustives

C’est un élément charnière du dossier de candidature. C’est important d’y consacrer du temps et du soin afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Quelques pistes :

  • Visuellement : Votre CV doit refléter votre professionnalisme
    • Il doit tenir sur 1 page A4
    • Il est préférable de mettre une photo pour ses postulations en Suisse
  • Contenu : Bien respecter l’ordre, et toujours du plus récent au plus ancien !
    • Education 
    • Expériences professionnelles 
    • Langues et IT 
    • Activités extracurriculaires 
  • Syntaxe et rédaction : Avoir une certaine cohérence
    • Alignement 
    • Tout dans la même langue, éviter le Fran-glais
    • Même systématique 
      • Exemple : Les dates sont à chaque fois sur la même ligne, mais tout à droite de l’intitulé du poste d’une expérience.
    • Détailler les expériences avec des bullets points (ne pas faire de phrase complète, et rester synthétique).
  • Linkedin (éventuellement) : Aujourd’hui LinkedIn est un outil utilisé par de nombreuses professions du droit, tant pour la prospection que le recrutement. Cette plateforme accentue la visibilité sur le marché du travail et favorise le recrutement. De plus, elle permet également de se former et d’avoir accès à un contenu d’information concernant les entreprises et les tendances dans le domaine juridique
    • Attention cependant, il vaut mieux n’avoir aucun profil Linkedin qu’un profil négligé.
    • Le centre de carrière dispense chaque année une très bonne formation sur l’utilisation de Linkedin. 

LETTRE DE MOTIVATION (LM) – quelques remarques non exhaustives

Autre élément clef du dossier de candidature, elle mérite autant (voire plus) de soin et d’attention que le CV. Véritable gage de votre motivation, c’est elle qui peut faire la différence afin d’obtenir un entretien. 

Quelques pistes :

  • Plan : Il est important de respecter une structure telle que :
    • Concerne : préciser expressément ce pour quoi vous postuler, même s’il s’agit d’une candidature spontanée
    • Vous décrire brièvement
    • Expliquer pourquoi ce job 
    • Expliquer pourquoi cette entreprise 
    • Expliquer pourquoi vous et pas un autre 
    • Conclure avec formes de politesse (Attention à ne pas négliger le choix)
  • Contenu : Essayer de raconter une histoire, votre histoire. 
    • Éviter les phrases bateau, les lettres de motivation où vous changez juste le nom. Il faut personnaliser le paragraphe dédié à pourquoi cette entreprise !
    • Faire des recherches sur le site internet
    • Consulter la presse, les actualités
  • Détail : Soignez votre syntaxe ! 
    • La première impression est la plus importante. D’autant plus dans le domaine juridique, où l’écriture a un rôle prépondérant.
    • Lors d’une postulation dans une étude d’avocat n’oubliez pas que la formule idoine est « Maître » et non Monsieur ou Madame 
  • Mail d’accompagnement : Lors d’une postulation par voie électronique, n’oubliez pas de soigner également la syntaxe du mail d’accompagnement du CV et de LM ! Attention, Celui-ci doit rester bref et ne pas être un copier-coller de votre LM. 
  • Pour plus d’infos : Consultez le Centre de Carrières qui organise des ateliers CV et LM.

EXPÉRIENCES À L’ÉTRANGER

Séjourner à l’étranger ne peut être que bénéfique. Que ce soit 3 semaines ou 6 mois, vous serez immergés dans une nouvelle ville, une différente culture, une autre langue. Cela vous poussera à vous adapter et sortir de votre zone de confort afin de dépasser vos limites, tout en gagnant une forte autonomie. De plus, un nouveau droit s’ouvre à vous. Vous n’en sortirez que gagnant. 

Quelques pistes :

  • Écoles de langue
  • Erasmus
  • Voyages
  • Échanges culturels ou linguistiques 

COMPÉTENCES UTILES

En pensant à votre stage d’avocature, vous vous visualisez peut-être Harvey Specter ou Annalise Keating. Sans vouloir briser vos fantasmes, vous devrez surtout faire preuve d’efficacité derrière votre ordinateur lorsque vous effectuerez 3 recherches et 5 appels en parallèle pendant que votre maître de stage vous demande si vous l’écoutez attentivement concernant cette nouvelle affaire urgente. Organisation et Self Control seront donc vos mantras. 

Quelques pistes :

  • Recherche
    • Cours : Recherche juridique informatisée
    • Outils : Swisslex / BGer / Legalis / Deepl
  • Rédaction 
    • Cours : Travail de bachelor / Exercice de rédaction juridique 
    • Ecriture : Freelancer / Concours d’écriture / 
    • Lecture : Un livre qui vous plaît et que vous choisissez de votre plein gré, non le Grand Bleu. 
  • Aisance orale 
    • Cours : Rhétorique 
    • Théâtre 
    • Concours d’éloquence 
    • Participation active : Répondre et participer en Séances de travail 
  • Travail en équipe 
    • Association 
    • Sport
  • Autonomie
  • Organisation
  • Prise de risque
  • Gestion de la pression
  • Efficacité / Rapidité

FACTEURS EXTÉRIEURS 

Il est nécessaire de rester réaliste. Parfois, la fameuse phrase “Ce n’est pas toi, c’est moi” est vraie. Vous avez beau faire tous les efforts possibles et imaginables, timing is all. De nombreux facteurs sur lesquels vous n’avez aucun contrôle peuvent entrer dans l’équation et comme le dit le dicton : « Impossibilia nemo tentur »

Quelques éléments :

  •  Calendrier interne de recrutement de l’Étude
    • Délais variables selon les grandes et les petites Études
    • Programmes de postulation ou non
    • Roulement de stagiaire tous les 18 mois ou plus fréquemment 
  • Taille de l’Étude
    • Processus de recrutement différents
    • Nombre de place parfois limité
    • Bureaux ayant une capacité divergente 
  • Concurrence entre étudiants
    • Université de Genève / Université de Fribourg
    • Trop de postulations en comparaison directe avec le nombre de place de stage disponible sur le marché 
  • Événements inattendus 
    • COVID-19 : On ne l’avait pas vu venir… 

CONCLUSION 

L’intérêt de cette compilation d’expérience n’est pas de dire ce qu’il faut faire mais bien de transmettre les outils qui permettent de peaufiner un dossier de candidature. 

Le recrutement n’est pas une science exacte et il y a autant de recruteurs que d’êtres humains. Ce qui est important, c’est d’être soigneux et persévérant dans la préparation de son dossier de candidature. 

La taille de l’étude que l’on vise joue également un rôle dans la manière dont notre dossier sera perçu. Les exigences et le focus ne sont pas les mêmes qu’il s’agisse d’une étude à taille humaine ou d’une grande étude avec des bureaux dans plusieurs cantons. 

L’apprentissage se fait avec la pratique, l’idée étant avant tout de mettre en place une stratégie qui permette de préserver un équilibre entre les études, les hobbys et le stress que peut représenter « l’après ». 

Il n’y a pas de formule magique qui donne accès à une place de stage ou de travail, c’est à chacun d’ensuite arbitrer et faire des choix en fonction de ses objectifs et de ses priorités.

Collaboration de LCS avec Océane WAGNER